Lihons

1ere carte : Lihons est un village à l'Est d'Harbonnières où j'ai failli être tué et où j'ai beaucoup souffert à la fin de septembre. Je vais bien, mon bras est presque tout à fait guéri. Bons Baisers. Albert Pinget. 2ème carte datée du 28.6.1916 : Enfin espérons que cette terrible guerre va se terminer bientôt et je pourrai vous adresser de vive-voix mes sincères remerciements et je vous prie d'accepter en attendant ce jour heureux, l'expression de ma sincère reconnaissance. P. Coeurderoy. 3ème carte (merci à Jean-Louis Bouderlique) : Le 12 mai 1916 Ma cherre Elisabet Jeurepren ton emable lettre que jais ressut hier soir vous le sant toujour entres bonne sante il anvais dememe pour moi. dans ta lettre tu medemande sijes ressut talettre avec le billet ilia deja lonten jeu vous et meme répondu de puis lonten samais tonne bien que vous neuleyes pas ressut tus medemende aussi sinous some toujour au meme endroi oui ou apeupré et nous pensson desendre dans deux ou 3 jour pour prendre quelque jour deu repo pour le moment nous some à Fontenne les Capit De main jeu teferes une lettre ressoit un gros bese inssi que le peuti janau. Ungros bese a mais paran. Un poilut. Lafayreu 4ème carte proposée par JL Bouderlique : « Le 25 juin 1915. Toujours en bonne santé et en repos jusqu’à nouvel ordre. Le régiment se reforme péniblement car l’on reçoit des hommes de tous les dépôts et je crois que si la guerre continue ainsi pendant 3 ou 4 mois il sera très difficile de reformer les unités. Je vous adresse une photo de la ferme de Lihu où se sont livrés des combats affreux et où j’ai passé une grande partie de l’hiver. Les tranchées sont en avant de la ferme à 200 mètres; à droite l’on aperçoit une partie du bois de Lihuoù nous irons probablement d’ici quelques jours. »

Loading Image